Nahasdzáán

Présentation

Les Indiens Navajo ont élaboré une vision du monde fondée sur « Hozho », une philosophie de vie qui exprime leur conception de la santé, de la beauté et de l’harmonie, ainsi que leur relation à l’environnement, la famille et la société. La société traditionnelle navajo déploie toute son énergie à préserver Hozho dont les garants sont les hommes et femmes médecine qui sont appelés à mener de longues et impressionnantes cérémonies de guérisons nommées « Voies ». Durant une cérémonie - qui peut durer jusqu'à neuf jours - le passé mythique est interrogé, le chant est omniprésent, et l'homme médecine et ses assistants tracent sur le sol du hogan (la maison navajo) de complexes peintures sur sable qui font partie du processus de guérison. 
La forme de cet oratorio est une libre re-création, bien entendu sans aucune appropriation directe, d'une « Voie » navajo en travaillant à partir de matériaux traditionnels, au plus près du livret écrit par la poétesse navajo Laura Tohe. 

Nahasdzáán va attirer de nouveaux publics à l’opéra pour une forme nouvelle d’opéra. Y a-t-il déjà eu un précédent ? Non, cela n’a jamais été fait.

Waldemar Kamer pour Opernfreund, avril 2019

Alliant chants et solos vocaux, danse et animaux vivants sur scène, Nahasdzáán ou le monde scintillant, oratorio chorégraphique de Thierry Pécou s’inspire de « Hozho », le système de croyances des Navajos, une philosophie de vie qui exprime leur conception de la santé, de la beauté et de l’harmonie, ainsi que leur relation à l’environnement, la famille et la société. Le livret de Laura Tohe est construit sur les histoires sacrées des quatre mondes des Navajos : le Monde noir (insectes), le Monde bleu (oiseaux), le Monde jaune (Femme araignée et Coyote) et le Monde blanc (notre monde). Ces récits déplorent la destruction du monde naturel par les hommes et font appel aux cérémonies de guérison amérindiennes pour apporter lumière et espoir.

Nahasdzáán : « la Terre » en langue navajo, littéralement « celle qui est la femme », ou « la terre-féminine ». Le monde scintillant : ou le monde blanc, « Nihalgai », 4e, ou pour certains, 5e monde de la cosmologie navajo.

Chez les Navajos, les animaux ne sont pas maltraités et la chasse n’est pas un sport de loisir. Les animaux font partie de notre famille. On les respecte pour leurs dons de guérison et pour ce qu’ils nous enseignent sur la bravoure et la force de résilience.
Dans Nahasdzáán , nos animaux ne font qu’un avec les danseurs et les musiciens ; ils y jouent un rôle égal pour retracer le périple du Premier Monde au Monde Scintillant. Les spectateurs perçoivent les animaux sous un nouveau jour.

Laura Tohe, entretien

Dans le programme, Thierry Pécou souligne le fait que l’oratorio se termine sur une réunion des animaux qui nous mettent en garde contre les risques que nous prenons. C’est là le message de cette heure et demie de spectacle. Nous sommes modestes et reconnaissants. L’ovation du public en fut la preuve.

François Cavaillès pour Anaclase, avril 2019

Consulter la revue de presse du projet

Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno
Nahasdzáán, Théâtre de Rouen
© Marion Kerno

L’Ensemble Variances est soutenu par Ministère de la Culture et de la Communication - Drac Normandie, Région Normandie, Spedidam, Sacem, Ville de Rouen, Odia Normandie, Onda. L’Ensemble Variances est membre de Fevis, Futurs Composés, Bureau Export et Profedim. Il est membre du Groupement d'Employeurs Solstice, subventionné par la Région Normandie.

ShoppingASEhandelASErhvervIndexDKServiceIndexDK